Accueil > Analyses, vulgarisations > Montrer le sida ?

Cette semaine dans On est pas de cadeaux !, un troisième volet de la série sur la transmission des vies, des communautés et des luttes transpédégouines. Cette fois la mémoire et les archives du VIH-sida, avec Renaud qui participe à la valorisation des collections liées à la lutte contre l’épidémie au MuCEM (le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille). On y parle d’un musée national et d’une collecte historique, de modes de conservation et d’un projet d’exposition, mais aussi d’expertises et de patrimoines, de communautés et d’émotions…

On y entend aussi les Sœurs de la perpétuelle indulgence le 1er décembre dernier, Élisabeth Lebovici dans « Quand la création raconte le sida » (La Série Documentaire, 2018), « Écrire pour exister » d’Anne Coppel (Vacarme n° 46, 2009) et « 120 battements par minute » de Robin Campillo (2017).

Et on y parle surtout de pédés, de travailleurSEs du sexe et d’usagerEs de drogues, sans oublier qu’aujourd’hui les migrantEs sont le deuxième groupe le plus touché en France et que le VIH constitue la première cause de mortalité des femmes dans le monde. Et justement du 5 au 7 avril c’est le Sidaction : l’occasion de soutenir concrètement la lutte contre l’épidémie en participant aux collectes et évènements organisés tout le weekend.

Et les musiques : « Premier Club » d’Arnaud Rebotini (extrait de 120 battements par minute), « America » du Wu-Tang Clan, « Gay Dog » de Mykki Blanco, « Sid’amour à mort » de Barbara, « La java du séropo » de Philippe Miller (extrait de Jeanne et le garçon formidable) et « Riot » de Mykki Blanco.

Bonne écoute !

Voir en ligne : clic droit et ’enregistrer sous’

SPIP 3.2.4 | squelette | | Contacter Radiorageuses | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Version mobile